TOP

GO Industry fait revivre le métal

Depuis janvier, bruits de métal et de soudure résonnent de nouveau dans l’ancien site de métallurgie Grelbex à Châtillon-sur-Thouet, occupé désormais par Go Industry. Avec de belles perspectives le développement.

« C ’est un vieil espoir qui renaît. » PDG et propriétaire du groupe Go Industry, Guillaume Olivier embrasse du regard les nouveaux bâtiments occupés par sa société : l’ancien site de métallurgie Grelbex à Châtillon-sur-Thouet.

Le groupe est spécialisé dans la construction d’équipements (mécano-soudure, montage) dans différents domaines d’activités : semi-remorques, broyage, mélange, séchage d’engrais, matériel de travail du sol. Implanté sur l’ensemble de l’ex Poitou-Charentes, Go Industry devait « faire face à une forte hausse de ses activités. Tous nos sites d’exploitation étaient saturés. Notre besoin était urgent », explique Guillaume Olivier.

Châtillon, une belle opportunité

La possibilité de s’installer sur le site de Châtillon-sur- Thouet « représentait une belle opportunité pour répondre à notre croissance ». Car le site, d’une surface de 4 000 m2, présente de « gros avantages qu’on ne trouve pas beaucoup dans la région : les capacités de manutention, les ponts qui permettent le déchargement et le chargement de grosses pièces, comme les châssis de semi-remorques ».

Le président de Go Industry connaît bien le lieu. « J’y ai fait mes armes quand le site était géré par Grelbex, il y a 20 ans ».

Autre levier majeur : l’accompagnement de la Communauté de communes de Parthenay-Gâtine. « Nous avons bénéficié d’une aide de 75 000 euros en échange de la création d’emplois. C’est une aide qu’on trouve peu sur les territoires et ce fut un élément primordial pour notre installation à Châtillon-sur-Thouet ».

Des perspectives d’embauche

Même si l’installation est encore « sommaire, brute », une quinzaine de salariés travaillent déjà sur le site, ouvert en janvier 2019. D’ici 24 à 36 mois, « si tout va bien, nous souhaitons employer entre 30 et 40  personnes », annonce Guillaume Olivier.

Ainsi, grâce à cette acquisition, le groupe a réintégré dans sa production une activité jusqu’alors sous-traitée : la fabrication des châssis de semi-remorques de la marque Socari (une des marques du groupe). « C’est notre coeur de produit. 5 à 6 châssis sont produits chaque semaine ».

Et, « cerise sur le gâteau, nous avons pu créer une nouvelle activité, BMS (Broyage, mélange, séchage). Une activité dans laquelle j’avais baigné à l’époque où je travaillais à Grelbex ».

Afin d’assurer le  développement du site, le groupe Go Industry prévoit d’importants investissements à Châtillon-sur-Thouet : remise en état du bâtiment, installation de banc de montage, etc. « On devrait être au-delà du  million d’euros d’investissement ». Le site châtillonnais de Go Industry a de belles perspectives devant lui.

« Nous avons une bonne équipe qui a su relever le challenge de la reprise de la production de châssis. Aujourd’hui, on est satisfait d’être là. »

« Nous avons une bonne équipe qui a su relever le challenge de la reprise de la production de châssis… »