TOP

Erick Jaulain, veine métal

Dans l’atelier parthenaisien « L’art du fer play », Erick Jaulain travaille le métal. Entre ses mains, de « simples » pièces d’acier deviennent des meubles, des escaliers, des verrières. Des ouvrages uniques qui allient maîtrise technique et créativité.

LLorsqu’Erick Jaulain évoque son activité et son parcours, il est d’abord question de matière : « Je travaille l’acier. Après, définir mon métier, c’est compliqué… Je ne me suis jamais trop posé la question ».

Sa rencontre avec le métal tient quelque peu du hasard. « J’avais commencé par le bois. Mais une première expérience professionnelle m’a un peu dégoûté… A mon grand regret, car c’est une matière qui me plaît énormément », se souvient-t-il. « Par la force des choses, je me suis tourné vers le métal… »

Erick débute dans la ferronnerie et la chaudronnerie. Très vite, ce qui aurait pu s’apparenter à un choix « par défaut » se transforme en véritable passion. « Le bois et l’acier sont deux matières que je compare beaucoup. Chacune à leur manière, elles viennent de la terre. J’ai retrouvé cet aspect « minéral » dans l’acier. »

Dompteur d’acier

Son parcours professionnel le mène à fréquenter le secteur agroalimentaire, pharmaceutique, sidérurgique. «  Ça m’a apporté beaucoup de choses sur la maîtrise de la matière, les techniques de soudure ».

Au fil du temps, il parvient à dompter le matériau. « L’acier est recyclable à l’infini. Tu créés ta pièce. Si ça ne te convient pas, tu fais refondre et tu recommences ! Je suis à fond dans le recyclage », s’enthousiasme l’artisan. « Si je travaillais le plastique, cela me poserait un vrai problème de conscience ».

L’idée de s’installer à son compte germe. « Travailler uniquement pour des secteurs industriels ne me suffisait plus », confie Erick. « Je ne me voyais pas continuer comme ça, sans rien apporter au métier… »

« Le bois et l’acier sont deux matières que je compare beaucoup. Chacune à leur manière, elles viennent de la terre. J’ai retrouvé cet aspect « minéral » dans l’acier. »

Métallerie d’art

Sans hésitation, il saute le pas et se lance comme auto-entrepreneur. Une nouvelle facette du métier s’ouvre à lui : la création. « Je pouvais travailler comme je le souhaitais : les idées, les formes et la finition, brute ». Erick créé des pièces uniques et sur-mesure, sorties de son imagination, pour des particuliers : meubles, escaliers, portes, verrières…

L’activité se développe. En 2013, il décide de monter sa propre entreprise « L’art du fer play » à Parthenay avec un ami d’enfance, Janick Guérin. « Nous avions tous les deux envie d’avancer professionnellement. Nous avions la possibilité de faire le métier qu’on aime, alors on l’a fait ! ».

Plus que jamais, la créativité constitue un aspect essentiel de son métier.  « Janick m’aide beaucoup sur la création ! Nous travaillons ensemble »

Comme tout artiste qui se respecte, il arrive qu’Erick, toujours en recherche de perfection, ne suive pas l’idée initiale. « Je vois la création dans ma tête, mais j’ai du mal à la mettre sur le papier. En fabriquant la pièce, tu regardes et tu t’aperçois que ce serait mieux comme ça ! On essaye de s’améliorer tous les jours ! »

« Ça lui arrive régulièrement », sourit Janick Guérin. « Mais ce n’est pas un problème, au contraire. Le savoir-faire et la qualité de travail d’Erick, notamment les finitions, sont appréciées et reconnues ». Ce qui fait dire à son ami et associé qu’ « aujourd’hui, on peut véritablement parler de la « Erick touch’ » de l’Art du fer play ».